La pépite


Articles parus dans La Voix du Nord du dimanche 21 août 2016


Cet immeuble sera la signature architecturale de la nouvelle centralité monsoise. La Pépite a été dessinée par Thomas Coldefy, de l’agence d’architecture Coldefy et associés, architectes urbanistes. Il sera un angle du centre-ville enfin réalisé, avec l’hôtel de ville, la nouvelle salle Allende et la future Maison du projet. C’est aussi le symbole de ce que permettent les deux plans de rénovation urbaine consécutifs : passer d’une ex-zone à urbaniser en priorité (ZUP) à un écoquartier où des architectes exercent leur créativité. Derrière la façade métallique et végétale, dix étages d’appartements en accession à la propriété. Les fondations sont réalisées. La première pierre sera posée à la fin de l’été.

La Pépite sort de terre pour parachever le nouveau centre-ville.


Cet engin creuse le sol à l’aide d’une vis sans fin, puis injecte par le centre du béton à faible pression. Une bonne cinquantaine de piliers a été réalisée.

Le chantier de l’immeuble la Pépite, « construction phare » du nouveau centre et qui devrait devenir   le symbole du Nouveau Mons débute, en ce mois d’août, par la mise en place des fondations. 


La Pépite était annoncée par le programme Centralité, visant à la restructuration du secteur de l’avenue Schuman et la réalisation d’un nouveau centre-ville en face de la mairie, avec la salle Salvador-Allende et la place de l’Europe.
Sa forme particulière, sa façade en aluminium en partie végétalisée vont en faire l’élément phare de la rénovation urbaine.

L’immeuble a été imaginé et dessiné par l’architecte Thomas Coldefy, de l’agence d’architecture CAAU (Coldefy et associés, architectes urbanistes). Il comporte trois éléments : un ensemble de deux immeubles collectifs d’habitation, une construction futuriste, face à la salle Allende, et un immeuble vertical de conception très originale, la Pépite.

Tandis que les deux immeubles de logements (54 appartements) ont été lancés par Projectim (Groupe Société Générale) en octobre dernier et que la Maison du Projet, prévue de l’autre côté du boulevard Schuman, se fait encore attendre pour quelques mois, le chantier de la Pépite est lancé.

Pour l’instant, nous en sommes au stade des fondations. Un engin utilisant la technique des « pieux à la carrière creuse » (on creuse le sol à l’aide d’une vis sans fin puis on injecte par le centre du béton à faible pression) a rendu opérationnels une bonne cinquantaine de solides piliers de béton de plusieurs dizaines de mètres de long. Ils vont constituer les fondations du futur immeuble.

La Pépite affiche sa différence avec les autres immeubles du quartier tout en s’intégrant parfaitement dans le paysage urbain. Sa forme particulière, sa façade en aluminium en partie végétalisée vont faire de cet immeuble l’élément phare de la rénovation urbaine du Nouveau Mons. Il s’agit d’une construction de dix étages (R+9 et 35 m de haut) de 50 appartements (5 T1, 18 T2, 23 T3 et T4, 4 T5), tandis que le rez-de-chaussée accueillera des activités de services.

Ces 50 appartements devraient être des logements en accession différée (possibilité de devenir propriétaire après dix ans de location), selon ce qui avait été annoncé lors du conseil municipal d’octobre 2015.

Ce chantier, sous la responsabilité du même maître d’œuvre (Bouygues Construction) que le programme voisin Équilibre, sera commercialisé par Linkcity, filiale de développement immobilier de Bouygues Construction. On devrait, à la rentrée, lors de la cérémonie officielle de pose de la première pierre, avoir plus de renseignements sur les délais de livraison et les modalités de mise à disposition du public des appartements. A. CA. (CLP)